A l'ouest, du nouveau

Bienvenue

Chaîne Youtube Obiprod

Archives

Mes tweets

Les articles

décembre 2018
L M M J V S D
« Sep    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Publicités

Une ambition pour relancer le processus européen

Europe

Sans titre

Publicités

Politique : temps courts, temps longs

Trump   Macron

À notre époque d’instantané dans la consommation en général, et dans la consommation d’informations en particulier, il est difficile de s’inscrire dans un temps long. La patience n’est pas la vertu la mieux partagée de notre XXIe siècle. Et pourtant c’est elle – et elle seule – qui permet d’obtenir des résultats sur le long terme.

En matière de consommation alimentaire, on a vu les résultats qu’induisaient la production intensive (et donc accélérée) de céréales, légumes, bovins et ovins : pollutions des sols, scandales de la vache folle, viande de cheval, Spanghero, abattoirs ciblés par L 214… La consommation fast food, elle, engendre au minimum une surcharge pondérale. A contrario, la production respectueuse, biologique, suppose davantage de temps, de même qu’il est plus long de cuisiner un petit plat à la maison que de mettre une barquette dans le micro-onde…

En matière de consommation de loisirs, il faut au minimum six mois pour réaliser un film, quelques jours – voire seulement quelques heures – pour un feuilleton de série télé de bas étage et encore moins dans la télé-réalité où le scénario en est réduit à sa plus simple expression. Les jeux vidéos (à la maison) sont bien pratiques : pas besoin de se déplacer pour aller dans un lieu collectif ou public, on l’a tout de suite sous la main. Une envie soudaine, et hop ! On passe plus de temps aujourd’hui sur son portable qu’à discuter avec les gens… Et pourtant, ce sont bien les films de cinéma, les activités hors les murs et les rencontres qui nous façonnent le mieux.

En matière de consommation d’infos, enfin, tout est dans l’instantané. Une information chasse l’autre dès le lendemain. À tel point qu’on a oublié celle qui, trois jours plus tôt était bien la seule importante qu’il convenait de retenir. On se passionne pour Jonathan Jahan, cet horticulteur au chômage qui a interpellé le Président de la République, alors que l’on a oublié l’info importante de la veille : l’annonce de la réforme de la Santé, ou celle de l’avant-veille : le plan pauvreté, ou encore celle – majeure – d’il y a trois jours : l’attaque russo-syrienne sur la ville d’Idlib. Pour la marche du monde, je pense que cette dernière importe bien davantage que l’inintéressante polémique sur le fait de traverser la rue, ou pas…

Les maires sont dans le temps long

Il en va de même pour l’exercice du pouvoir et la politique. Pourquoi les maires sont-ils les élus les plus proches et les plus appréciés des Français ? Parce qu’il y a la proximité, certes, mais aussi parce que leur action s’inscrit dans le temps long. Si tous les Lyonnais ne sont pas adeptes de la politique de ministre de l’Intérieur, en revanche ils voteront pour le maire qui a transformé durablement sa ville. On peut dire la même chose d’Alain Juppé – contesté comme Premier ministre, plébiscité à Bordeaux – de Jean-Louis Borloo à Valenciennes, Georges Frèche (pourtant insupportable dans les médias nationaux) à Montpellier, et même de Jean-François Copé, loser dans la capitale, adulé même par la gauche dans sa ville de Meaux…

Macron Arles

Il est donc extrêmement difficile pour un dirigeant national, scruté heure après heure par les médias – et donc les citoyens puisque l’on vit tout désormais en direct ou presque – de faire le choix de s’inscrire dans ce temps long, seul garant du succès. Il y a déjà longtemps maintenant, hélas, que nous sommes entrés dans la politique de la petite phrase. Et pourtant, ceux qui en étaient adeptes au point d’en faire l’axe principal de leur politique n’ont pas fait long feu, ceux qui réagissaient instantanément à l’émotion collective en pondant aussitôt une loi censée apaiser les inquiétudes ont mis le pays à mal : exit Nicolas Sarkozy, exit François Hollande, exit Jean-Marie Le Pen… Le seul qui pouvait se le permettre, parce qu’il avait la stature et n’était pas vissé au pouvoir pour le pouvoir, était le Général De Gaulle. On lui doit d’ailleurs d’avoir été, en quelque sorte, l’inventeur de la “petite phrase”.

Une échelle de Trump à Macron

Là est toute la différence entre les hommes politiques qui marqueront l’Histoire de leur empreinte (le temps long) et ceux dont le souvenir passera avec l’air du temps (le temps court). Si l’on devait établir une échelle contemporaine des hommes politiques au temps court (donc probablement voués à l’échec) jusqu’aux hommes politiques au temps long (qui se donnent les moyens du succès), nous aurions une gradation qui va de Donald Trump à Emmanuel Macron.

Le premier, en effet, est constamment dans l’instantané. D’ailleurs, il ne consulte pas, il ne communique pas (dans le sens pédagogique du terme), bref il ne gouverne pas : il tweete. Toute une explication politique en 280 caractères (et encore, avant c’était seulement 140 !), avouez que c’est un peu court ! Ces hommes politiques là n’ont en réalité pas de projet sur le long terme. Ils sont restés sur des convictions inamovibles qu’on ne peut certes pas leur retirer : le protectionnisme effréné du dirigeant d’un pays qui a pourtant été le chante du libre-échange, le deuxième amendement de la Constitution américaine sur la liberté des armes malgré la multiplication des tueries de masse, la défense inconditionnelle de l’État d’Israël quelles que puissent être ses excès, pour un pays dont le Président en 1917 prônait le “droit des peuples à disposer d’eux-mêmes”… Ça, c’est pour le socle sommaire. Mais pour le reste, ces dirigeants là réagissent à l’émotion.

Europe

Pas de jugement avant 4 ans

Tel est également Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur italien, ou encore Viktor Orban, Premier ministre hongrois, ainsi que tous les populistes qui clament haut et fort leur mépris de l’Europe pour satisfaire leur base électorale qui ne voit évidemment par immédiatement les effets bénéfiques de la construction européenne. Par définition, une construction se fait sur le temps long…

A contrario, Emmanuel Macron s’appuie sur le temps long de cette construction (de l’Europe) et de cette reconstruction (de la France). D’emblée, quelques que puissent être les réminiscences françaises sur le sujet, il a fait de l’Europe un axe majeur de sa politique. Il est le seul à clamer l’Europe haut et fort. Pas en sautant sur sa chaise comme un cabri – pour paraphraser le Général – mais en en faisant l’axe majeur de sa politique étrangère. De même, les ordonnances sur la Loi Travail, la réforme de la SNCF, celle de l’audiovisuel public, le plan Santé, le plan Pauvreté avec la mise en commun de toutes les aides sociales en un seul guichet (permettant ainsi à ceux qui y avaient droit, mais ne le savaient pas, d’en bénéficier), et bientôt les réformes à venir sur les retraites, l’indemnisation du chômage, le prélèvement à la source de l’impôt, la réformes des institutions… ne sont pas faites pour plaire dans l’immédiat. Elles s’inscrivent dans un temps long absolument essentiel à l’avenir de notre pays qui ne s’est jamais réformé depuis 1945…

Ce n’est donc qu’au terme du quinquennat que l’on pourra juger de son action.

Olivier Bassine

L’Estival 2018 : coup d’envoi le vendredi 21 septembre

Après avoir fêté ses trente ans l’an dernier, le festival L’Estival de Saint-Germain-en-Laye revient cette année avec une programmation toujours alléchante, et toujours axée sur la chanson francophone. Les lieux de concerts s’élargissent autour de Saint-Germain, car outre Le Pecq et Le Vésinet, des concerts seront également organisés cette année à Poissy, avec notamment un Laurent Voulzy qui devrait faire collégiale comble…

Mais au-delà des chanteurs vedettes, L’Estival est aussi l’endroit de magnifiques découvertes. Cette année, ne manquez pas Loïc Lantoine et le Veryg big experimental Toubifri orchestra, Barcella, Arcadian et Noa.

Pour voir la vidéo, cliquez sur l’image :

Estival

Au programme

• Vendredi 21 septembre : Catherine Lara, Amylie, Simon Daniel, Seconde Nation.

• Samedi 22 septembre : Loïc Lantoine et le Very big experimental Toubifri orchestra, Manu Galure. Vitrines découvertes (Alysce, Les Fils du facteur, Emile Bilodeau, Beauty and the beast, Ivan Tirtiaux, Chandail de loup, June Milo.

• Dimanche 23 septembre : Arcadian, Aliose, Rockin’chairs, Seconde nation.

• Vendredi 28 septembre : Nolwenn Leroy, Liz Van Deuq, Catherine Kelly.

• Samedi 29 septembre : Christophe, Niki Niki, Latché swing.

• Dimanche 30 septembre : Barcella, Féloche, Henri Godon.

• Mardi 2 octobre : Laurent Voulzy.

• Vendredi 5 octobre : Bénabar, Mathieu des Longchamps, Paris gadjo club.

• Samedi 6 octobre : Noa, Bonbon Vodou, Nicolas Moro.

Le programme complet et les réservations : CLIQUEZ ICI

Le Trésor de Saint-Denis en vente en version papier

 

En vente (21 €) en CLIQUANT ICI

Quel rapport entre Washington, un village perdu de Seine-et-Marne et Rome ? Aucun, a priori, sinon que le docteur Marc Ronzet se fait agresser dans la capitale américaine à l’occasion d’un colloque, que ses parents habitent un vieux manoir dans le village proche de Paris et que sa sœur travaille dans la cité vaticane. C’est là que se trame l’escroquerie pour tenter de mettre la main sur un prodigieux trésor disparu en 1793.

Ce roman historico-policier a été inspiré par une histoire vraie, qui s’est déroulée dans les années cinquante dans un petit manoir de Seine-et-Marne, ancienne propriété des moines bénédictins. A cette époque, un ancien aide de camp du Maréchal Lyautey acquiert la propriété et – convaincu que le trésor disparu des rois de France s’y trouve – entreprend d’incroyables recherches durant une demi-douzaine d’années. Il mourra sans avoir mis la main sur le trésor de Saint-Denis…

Alors pourquoi ne pas suivre ses traces et reprendre avec lui le cheminement de cette incroyable histoire qui trouve son fondement en novembre 1793, lorsque le peuple de Paris, accompagné des commissaires du gouvernement, investit la basilique des rois de France et pille ses tombes. Dans chacune d’entre elles, les monarques étaient embaumés en compagnie de leurs ornements royaux…

Le trésor existe-t-il toujours ? Qui mettra la main dessus ?

A télécharger sur Amazon (Kindle)

A télécharger sur iBooks (Apple)

A télécharger sur FNAC (Kobo)

16 titres de presse ancienne des Yvelines accessibles en ligne

16-titres-de-presse-en-ligne

Pour lire l’article de la Revue française de généalogie, cliquez sur l’image.

Seize titres de journaux versaillais ont été récemment mis en ligne. Les périodes de publication s’étalent de 1848 jusqu’à 1940. Il y a actuellement 31 titres de la presse ancienne des Yvelines consultables en ligne. Un chiffre qui devrait augmenter jusqu’à l’été 2018, avec neuf titres supplémentaires de Saint-Germain en Laye, Poissy, Viroflay, Rambouillet…

Les candidats En Marche pour les législatives en Yvelines et Val-d’Oise

Natacha

Natalia Pouzyreff, candidate En Marche dans la 6e circonscription des Yvelines.

Ça y est ! Les noms des candidats investis par le mouvement d’Emmanuel Macron ont été donnés cet après-midi par le secrétaire général de La République en Marche. La plupart sont des personnes issues de la société civile, preuve d’un profond renouvellement de notre vie politique.

A noter la présence dans la liste du candidat socialiste (strauss-kahnien) François Pupponi, qui a déclaré par la suite avoir déjà été investi par le PS. Aurait-il tenté de jouer sur les deux tableaux ? On remarquera enfin dans les Yvelines l’ex-juppéiste Aurore Bergé, qui avait rejoint En Marche rapidement après l’élimination de son candidat lors de la primaire de la droite et du centre en novembre dernier.

Voici donc la liste :

YVELINES 1 : Didier BAICHERE
YVELINES 2 : Jean-Noël BARROT
YVELINES 3 : Béatrice PIRON
YVELINES 4 : Marie LEBEC
YVELINES 5 : Yael BRAUN-PIVET
YVELINES 6 : Natalia POUZYREFF
YVELINES 7 : Michèle de VAUCOULEURS
YVELINES 8 : Khadija MOUDNIB
YVELINES 10 : Aurore BERGE
YVELINES 11 : Nadia HAI
YVELINES 12 : Florence GRANJUS
VAL D’OISE 1 : Isabelle MULLER-QUOY
VAL D’OISE 2 : Guillaume VUILLETET
VAL D’OISE 4 : Naima MOUTCHOU
VAL D’OISE 5 : Fiona LAZAAR
VAL D’OISE 7 : Dominique DA SILVA
VAL D’OISE 8 : François PUPPONI (a finalement refusé son investiture après avoir candidaté)
VAL D’OISE 9 : Zivka PARK
VAL D’OISE 10 : Aurélien TACHE

Tous les parrainages dans les Yvelines

Cent quarante-trois élus du département ont donné un parrainage validé par le Conseil constitutionnel en vue de l’élection présidentielle du mois prochain.

Pour voir la liste, cliquez ICI.

Comme lors de notre précédente mise à jour, c’est François Fillon qui arrive largement en tête avec 98 parrains. Arrivent ensuite loin derrière Benoît Hamon (12), Emmanuel Macron (9) et trois candidats qui ont chacun quatre parrainages : Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle et François Asselineau. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon recueillent chacun deux parrains, tandis qu’Alain Juppé – qui n’a finalement pas été candidat – a recueilli les signatures de trois élus : les maires de Drocourt et des Alluets-le-Roi, et le conseiller départemental Bertrand Coquart.

Des candidats qui n’ont finalement pas obtenu les cinq cents signatures indispensables pour se présenter ont tout de même recueilli le parrainage d’élus locaux : Michèle Alliot-Marie parrainée par Henri Guaino, le même Henri Guaino parrainé par le maire de Rennemoulin, l’écrivain Alexandre Jardin qui a recueilli la signature du maire de Voisins-le-Bretonneux.

Enfin, au chapitre des improbabilités, deux personnalités politiques qui n’étaient pas candidates (au même titre qu’Alain Juppé, mais ce dernier pouvait être un recours possible en cas de défection de François Fillon) ont tout de même hérité de parrains : l’ancien membre des Verts Antoine Waechter a eu les faveurs du maire de Jouy-Mauvoisin, tandis que l’ancienne ministre UDI Rama Yade celle du maire d’Orgeval.

Appartement à louer Alpe du Grand-Serre (Isère)

RÉSERVATION EN LIGNE - CLIQUEZ ICI : Rechercher

Pour acheter Le Trésor de Saint-Denis

Acheter

Un roman haletant ?

Acheter